La tombe de Paul Claudel

C’est au fond du parc, à l’issue d’un petit sentier qui chemine en sous-bois, que se trouve la tombe du poète. Conformément à ses voeux, Paul Claudel fut enterré à Brangues, aux côtés de l’un de ses petit-fils, Charles-Henri Paris, mort en 1938 à l’âge de deux ans.
C’est dans cette terre de Brangues, à côté de cet enfant et d’un haut peuplier, que le patriarche repose.
Son épouse, Reine Sainte-Marie-Perrin sera inhumée à ses côtés en 1973.
(L’accès à la tombe est libre et fléché pour les visiteurs)

L’épitaphe.
« Ici reposent les restes et la semence de Paul Claudel »

Cette inscription est inspirée de l’épître de Saint Paul aux Corinthiens : « cette semence que l’on met en terre à l’automne, semble mourir pendant l’hiver, mais germe et revit au printemps« . 
Il s’agit d’un message d’espoir.

Déjà en 1892 Paul Claudel aborde ce thème :
« Au-dessous de la raison, au-dessous de la conscience, au-dessous du sens,
Au-dessous de l’instinct et de toute partie allumée de nous-mêmes,
Voici que, tout éperdu dans une révolte comme celle de la Conception,
Nous sentons que nous ne pouvons plus défendre ceci en nous,
Qui est comme le noyau germinal, le grain intime, la semence de notre propre nom ! »

         (Paul Claudel – La Jeune Fille Violaine)